OphtalMission - Mission internationale francophone pour l'ophtalmologie
OphtalMission - Mission internationale francophone pour l'ophtalmologie           OphtalMission - Mission internationale francophone pour l'ophtalmologie























Recherche

Partenaires

Partenaire Unithèque - Librairie médicale

blogCloud


Site santé MMT   Médecins maitres-toile

Haïti, de mémoire...


  

La république d’Haïti est plus dans nos mémoires que dans nos cœurs, on se souvient davantage de la période coloniale que des ouragans qui dévastent régulièrement le pays. Il vit pourtant toujours dans l’espoir de ne plus être le plus pauvre des Amériques, avec son insécurité et le drame de la faim qui avait provoqué des émeutes au printemps 2008. Peu de touristes, plus nombreux sont ceux qui cèdent aux appâts de la république dominicaine, sa voisine, alors que leur géographie est la même et que sa langue n’est plus la notre.

Nous envoyons régulièrement livres et brochures à l’université d’état par l’intermédiaire du Dr Cadet afin que la formation des étudiants en ophtalmologie puisse se faire en langue française. Cela va du manuel d’anatomie aux livres les plus récents. J’ai toujours été frappée par la culture des Haïtiens.

Il y a deux mois, nous avons du à la générosité du groupe Vedici qui gère deux cliniques à Angoulême de pouvoir leur envoyer un phacoémulsificateur Alcon, avec huit pièces à main et un peu de consommable, le tout en bon état. Ce sont les pièces à main qui font la valeur de l’appareillage sans quoi nous récupérerions toutes les machines usées de France et de Navarre. Le faire voyager n’est pas simple, il faut payer une caisse en bois traitée et le transport en conteneur, 25 jours de mer, pour 2 000 euros environ.

Et puis ? La phacoémulsification revient tellement plus cher que l’extraction manuelle, elle exige des tubulures et des cassettes, des implants pliables, du visqueux, un laser Yag pour les capsules…Sans compter un bon microscope qui n’est pas facile à trouver et encore moins à déplacer.

Qui paiera ? Peut-on désirer des biens que le sort ne nous accorde pas gratuitement. Jean Racine, en lisant sa bible latine avait souligné cet endroit : Et tribuit eis petitionem eorum. Et il se l’est rappelé quand il a mis dans la bouche d’Aricie ces mots qui font pâlir l’imprudent Thésée :

"Craignez, seigneur, craignez que le ciel rigoureux

Ne vous haïsse assez pour exaucer vos vœux.

Souvent dans sa colère il reçoit nos victimes :

Ses présents sont souvent la peine de nos crimes."

Donner n’est pas un but, chaque geste pris isolément c’est comme la photo d’une pellicule qui ne fera jamais un film et la saga de la santé est une histoire sans fin.

Bonnes Missions.



  Présidente d'Ophtalmission
  Dr Lina Dutca

Novembre 2009

Dernier article

Le fichier http://www.ophtalmission.org/backend.php n'est pas accessible !